Il y a deux ans et demi, nous sortions un CD (Americana Favorites) et un DVD (Mary-Lou en concert), dans lesquels figuraient cette chanson, The City of New Orleans, écrite par Steve Goodman. Nous avons toujours beaucoup aimé la chanter, la jouer, et comme nous avions envie de vous faire partager les paroles, Jean-Luc en avait fait une traduction pour mettre un sous-titre sur le DVD. Aujourd'hui, cette chanson est souvent diffusée sur les ondes, mais malheureusement, les paroles en français ne sont en rien une traduction, ni même une adaptation de la version originale... C'est pourquoi nous avons pensé intéressant, pour les non anglophones d'entre vous, d'en proposer ici une adaptation. Pour info Roger Mason en avait dans les années 70 une version relativement fidèle. Vous pouvez l'écouter sur YouTube ici.

 

The_City_of_New_OrleansLe City of New Orleans

 

Assis dans le City of New Orleans
Le train de l'Illinois du lundi matin
Quinze voitures, quinze passagers fatigués
Trois conducteurs, vingt cinq sacs de courrier.
Le long de son odyssée vers le sud
le train traverse le Kenkakee
Longeant de vieilles fermes et des champs
On passe un autre train anonyme,
Des entrepôts pleins de vieux hommes noirs
Et des cimetières de vieilles automobiles

 

Bonjour, America, comment vas-tu ?
Dis, tu me connais, je suis ton enfant
J'suis le train qu'on appelle City of New Orleans
J'aurai parcouru 500 miles à la fin du jour

 

ligne_illinois_central_smallPartie de carte avec un vieil homme dans le wagon
Un penny le point, personne ne compte le score
On se passe la bouteille dans le sac en papier
Et on sent les roues qui tournent sous le plancher.
Les fils des porteurs Pullman, et les fils des mécanos
Sur le tapis d'acier magique de leurs pères,
Une mère et ses enfants qui dorment
Bercés par la douce mélopée
Et le rythme des rails sous leurs pieds.

 

Bonjour, America, comment vas-tu ?
Dis, tu me connais, je suis ton enfant
J'suis le train qu'on appelle City of New Orleans
J'aurai parcouru 500 miles à la fin du jour

 

C'est la nuit dans le City of New Orleans
Changement de voitures à Memphis, Tennessee
A mi-chemin, on arrivera au matin
Dans la noirceur du Mississippi qui descend vers la mer.
Mais toutes les villes et les gens semblent
Avoir sombré dans un rêve obscur
Et les nouvelles n'arrivent pas jusqu'aux rails d'acier,
Le conducteur chante sa chanson
Les passagers reprendront avec lui
Ce train a le blues des lignes qui disparaissent

 

Bonne nuit, America, comment vas-tu ?
Dis, tu me connais, je suis ton enfant
J'suis le train qu'on appelle City of New Orleans
J'aurai parcouru 500 miles à la fin du jour

 

 

 

Ce texte est une traduction par Jean-Luc Brosse de la chanson de Steve Goodman.
Si vous en faites usage, merci d'en citer la source.

 

Sources images :
train : http://www.stormfront.org
ligne : http://en.wikipedia.org/wiki/Illinois_Central