Affiche_MMS_361ko

Le journal de l'été 2012 / 4

Vendredi 13 juillet : En prenant la route pour St Martin en Haut, je sais que nous sommes attendus par de nombreux copains perdus de vue pendant des années et retrouvés depuis peu. J'ai passé une bonne partie de mon enfance dans ce village des monts du lyonnais, et je sais que les fromages, les saucissons, les fruits et quelques unes des meilleures recettes auxquelle j'aie jamais goûté viennent d'ici. Mais les concerts sont toujours un peu frustrants de ce point de vue. De nombreuses personnes viennent à la fin bavarder, échanger des impressions, des souvenirs, alors que nous devons ranger le matériel et reprendre la route, même si nous sommes dans un lieu de rêve.

100_2097

 

AA00

 

DSC01349

 

DSC01354

 

DSC01363

 

 



Nous avions anticipé, en passant l'après-midi avec une partie de ces amis. Mais à 17h, boulot boulot, nous sommes à la porte du restaurant "Les 4 saisons", place de l'église où nous nous produisons le soi
r. La déco est toujours aussi belle, peintures d'un artiste local qui évoquent le passé du village au mur, et plafond en cuivre. Nous optons pour un éclairage indirect, avec les projecteurs, qui se mariera bien avec l'ensemble. Notre banderole Music Medecine Show fait des ravages partout où nous allons.

Les clients prennent leur temps pour arriver, demain c'est ferié. Il va falloir commencer à jouer, mais nous ne pouvons pas aborder le spectacle comme d'habitude. Les gens sont content de se retrouver, ils bavardent. Certains sont venus pour nous; Public bienveillant, mais hétéroclite. Il faut y aller en douceur, et nous choisissons d'ouvrir la soirée avec quelques reprises extraites de nos derniers albums, I Love You Honey, Live a Little, et d'autres.

Un peu plus tard, nous avons embarqué toute la salle dans notre voyage et c'est une soirée comme nous les aimons. Regards complices, rires, rêves, émotion, chacun vit le concert à son rythme et à sa manière.

115_2171Vers minuit, après plus de deux heures trente de musique, impossible de quitter la scène. Lorsqu'enfin nous y parvenons, nous sommes assaillis de questions sur les instruments, les différents cd, les aventures du groupe, et ce n'est que fort tard, après avoir tout casé (entre deux averses) dans le minibus que nous allons chez Patrick, notre hôte du jour.

Avant de penser à demain, nous savourons les souvenirs de cette soirée en glissant doucement dans un sommeil réparateur.

A suivre ...