Affiche_MMS_361koLe Journal de l'été 2012 / 5

Samedi 14 juillet : Les pétards ne sont pas encore secs que nous descendons déjà les dernières collines du Lyonnais pour retrouver l'autoroute A6 (le racket commence à nous manquer) direction Joigny, Yonne, Bourgogne, France, Europe, Terre. Les Terrasses de l'Eté, une chouette initiative de la mairie qui consiste à proposer des concerts très variés aux autochtones et aux vacanciers. Cette bourgade située à 150 km de Paris est facile d'accès, entourée de campagne et de vignes et elle attire pas mal de parisiens qui veulent se mettre au vert.

Nous arrivons donc en avance, fidèles à notre réputation, sur la terrasse du bar resto des voyageurs, avenue Gambetta. Trois travailleurs des services techniques de la ville sont en train d'installer de quoi nous abriter car, une fois de plus, le ciel menace. Il est 15h 30 et nous nous donnons une bonne heure pour décider de jouer dedans ou dehors.

Photo 001Une petite sieste plus tard nous avons décidé : ce sera dehors. Jusqu'à présent nous avons eu de la chance, notre bonne étoile nous a protégés des imtempéries lors des concerts en extérieur ; La suite nous montrera qu'elle a droit elle aussi à quelques vacances !

Bref, installation sous un soleil printanier, et sous les bâches de la ville. Plus l'heure avance, plus nous avons la bonne surprise de retrouver des visages connus. Certains fidèles comme Robert (merci pour les photos et l'excellent conseil de voir le film August Rush), Armelle et Guy, également membres de l'association "Pour les yeux d'Emilie" pour laquelle nous avions eu le plaisir de jouer à deux reprises à Palaiseau (Coucou à Emilie et ses parents), Jeremy, charmante rencontre familiale, Frédéric Firmin, le fameux "batteriste" comme il se définit lui-même, ami de longue date et sa compagne. Eégalement, nous retrouvons Christine qui nous parle du groupe qu'elle fait tourner, "Pain d'maïs", qui fait de la musique cajun de Louisiane. Ils sont trop nombreux pour les citer tous ...

Photo 006Début du concert à 19 h précises et, à peine les premières notes du Music Medecine Show jouées, notre bonne étoile semble, comme dirait Mary dans "Poste Restante" être aux abonnés absents. Elle nous plante là en compagnie d'un public extra et de quelques gros nuages noirs qui ne vont pas être longs à arroser généreusement la terrasse.

Photo 154Certains musiciens meurent électrocutés et deviennent des légendes (posthumes) de l'histoire de la musique, certains n'ont même pas cette chance ! Merci quand même à l'électricien qui a installé la terre ce jour là, nous lui devons beaucoup. Pas une seule châtaigne, bravo!
La suite du concert sera hachée, entrecoupée d'averses, de coups de tonnerre, et d'éclaircies splendides. C'est tout de même dans une ambiance fraîche et humide (je parle du temps) que nous ferons notre deuxième rappel. La dame de la Mairie, toute gentille avec son parapluie, est désolée de la météo, mais elle n'y peut rien, c'est la faute à pas de chance. Merci, en tout cas à vous qui êtes restés malgré le temps et qui nous avez chaleureusement encouragés pendant 2 heures 30. Nous avons beaucoup de chance de vous avoir.

Photo 167Les autographes et les discussions habituelles nous ont amenés un peu plus tard que prévu, trop, en tout cas, au goût du personnel technique qui nous a vertement fait comprendre qu'ils nous attendaient pour finir de ranger les tentes. Nous avons donc speedé, autant qu'on puisse le faire avec du matériel mouillé, pour charger, et nos amis des services techniques sont allés, une fois leurs tentes rangées, continuer la soirée au bar, ce qui nous a laissés perplexes sur leur motivation pour finir vite !

Repas délicieux au restaurant des voyageurs dont le patron italien est charmant et que nous vous recommandons, et quelques kilomètres plus loin nous retrouvons nos hôtes de ce soir, Nicolas Delarbre et Selin Dündar. Lui est comédien, et prépare une nouvelle création : "La fin justifie les moyens", dans laquelle il joue en compagnie de Bruno Sajous, qui sera jouée cet été, elle danse, enseigne, et met en scène. Tous deux sont des artistes complets qui ont créé et font vivre une petite salle de spectacles "Le Bellovidère" à Beauvoir, un petit village du coin. De plus ils organisent un festival pluridisciplinaire l'été. De quoi occuper vos soirées avec des artistes indépendants, faire des rencontres intéressantes et faire crépiter les neurones.

Le lendemain matin nous étions sur la route pour la Bretagne, déjà en train de penser qu'après quelques jours de relâche bien mérités, nous étions attendus pour la soirée de clôture du festival du conte de Baden (56) samedi 21 puis pour un concert privé à Elliant dimanche 22.

Mais c'est une autre histoire 

... A suivre ...